Concerts - Expositions - Lectures

Jazz in Arles Week-end Jazz in Arles Du vendredi 25 septembre 2020 au samedi 26 septembre 2020
20h30
chapelle du Méjan



 

 

Vendredi 25 septembre à 20 h 30
à la chapelle du Méjan

Fred PASQUA Quartet – Moon River
Fred Pasqua, batterie
Yoann Loustalot, bugle
Nelson Veras, guitare
Yoni Zelnik, contrebasse

Le batteur Fred Pasqua nous livre avec Moon River son premier album en leader, inspiré de quelques musiques qui l'ont influencé, des thèmes marquants qu'il va relire en quartet avec Yoann Loustalot au bugle, Nelson Veras à la guitare, et Yoni Zelnik à la contrebasse. Une belle équipe qui recrée les goûts de ce batteur discret, ce qui fait de cet album un délicat portrait en creux, tant nos choix nous révèlent. Une musique de nuances, poétique et lumineuse mais d'une luminosité ténue.

Moon River baigne dans des climats plus feutrés qu'impose une rythmique élégante et souple. On peut alors être sensible aux diverses interventions du quartet, des solistes, si bien choisis qui se complètent tout en étant dans la même vision de l'improvisation. Jamais les musiciens ne s'affrontent, mais s'épaulent au contraire : guitare et bugle, partageant les mêmes couleurs, se laissent aller à de fines broderies. Sophie Chambon




*

Naïssam JALAL Trio – Quest of invisible
Naïssam Jalal, flûte & voix
Claude Tchamitchian, contrebasse
Leonardo Montana, piano

Victoire du Jazz 2019 “album inclassable de l’année”        

Naïssam Jalal navigue entre Occident et Orient, incarnés ici par la flûte traversière et par le nay qu’elle a étudié auprès de grands maîtres à Damas et au Caire. Avec Quest of the Invisible, elle offre un trio à la fois spirituel et mystique à la croisée des musiques extra-occidentales et traditionnelles et du jazz. Pour cette quête de l’invisible, elle a choisi le contrebassiste aux sonorités de velours Claude Tchamitchian (déjà accueilli par l’Étincelle avec Yom) et Leonardo Montana, pianiste au phrasé sensible. Cette création, où le rythme mène toujours vers la transe dans une forme répétitive et hypnotique, est une rêverie dans laquelle le silence possède une place centrale.



 

_________

 

 

Samedi 26 septembre à 20 h 30
à la chapelle du Méjan

 Rémi CHARMASSONguitare
Alain SOLER, guitare

Duo hommage particulièrement émouvant, de deux musiciens sudistes, Rémi Charmasson (Gard) et Alain Soler (Alpes de Haute Provence)  qui ont profité des enseignements d’un grand saxophoniste voyageur, André JAUME. Il fut l’une des figures emblématiques du jazz d’avant-garde des années soixante dix. Les deux musiciens, excellents guitaristes, ont aussi beaucoup voyagé, l’ont accompagné dans de nombreuses tournées et enregistrements dans le monde entier. Ces compositions ont un potentiel immense, plein de nuances, se révélant un excellent terrain de jeu pour ces orfèvres de la six cordes, pincées, frottées, brossées… qui ont aussi proposé des compositions de leur cru. La première et forte sensation à l’écoute de cette musique qui s’écoute d’un trait, déroulant un groove envoûtant, persistant, est l’absolue cohérence du chant intérieur, épuré, essentiel qui anime le duo. Sophie Chambon





*

NEFERTITI Quartet – Jazz migration #5
Delphine Deau, piano
Camille Maussion, saxophones
Pedro Ivo Ferreira, contrebasse
Pierre Demange, batterie

Nefertiti, du nom d’une composition de Wayne Shorter, ce poète qui dessine des lignes improbables dans le ciel sonore… Delphine Deau en a gardé la passion du travail sur la forme. Dans ce quartet faussement classique et sacrément classieux qu’elle a créé en 2013 avec trois camarades rencontrés au CRR de Paris, ses compositions sont littéralement mises en scène. On est loin de la sempiternelle chronologie qui ouvre avec l’exposé du thème, laisse ensuite la place aux impros avant le retour final au thème. Dans Nefertiti, la forme apparait quand elle devient nécessaire, après que les sons aient gambadés tout seuls dans une sorte de préliminaire du désir, dans des échanges ouverts. le Nefertiti Quartet a remporté en 2019 l’Euroradio Jazz Competition (Pierre Demange doublant la mise avec le Prix du meilleur soliste) et est lauréat du dispositif Jazz Migration #5.

 


 

Tarifs : 22€ plein tarif – 20€ adhérent Méjan & AJMI – 8€ étudiant & demandeur d’emploi